PARADISE NEWS

from a free country

imageLa pièce célèbre les 175 années d'indépendance du Luxembourg.

Le Luxembourg est indépendant depuis 175ans. L'anniversaire mérite bien une pièce de collection.

 Alors que le Grand-Duché fête les 175 ans de son indépendance, la Banque centrale du Luxembourg a créé une pièce spécialement pour l'occasion. Avec cette pièce d'une valeur de 175 cents tirée à 2 500 exemplaires, la BCL s'adresse à un public de collectionneurs, qui devront mettre leur porte-monnaie à contribution. «Le prix de vente est de 290 euros. Cela peut sembler cher, mais l'or est un matériau qui n'est pas donné. Surtout que celui-ci est équitable», explique Serge Kolb, directeur de la BCL. Car la véritable particularité de cette pièce n'est pas son design assez classique – le Grand-Duc de profil d'un côté, une carte du Luxembourg de l'autre – mais son origine. L'or utilisé a été extrait des mines du Pérou. «On a un lien avec ce pays. Il ne faut pas oublier qu'à l'origine, la richesse luxembourgeoise vient aussi de ses mines. L'anniversaire de notre indépendance rime avec leurs aspirations sociales», affirme Jean-Louis Zeien, président de Fairtrade Lëtzebuerg. Des revendications, les miniers péruviens n'en manquent pas. Travail des enfants, danger pour l'environnement, conditions de travail dangereuses. Ce sont contre ces fléaux que Fairtrade Lëtzebuerg et l'Alliance for Responsible Mining (ARM) essayent de lutter en mettant en place le label «Fairtrade/Fairmined». Afin d'obtenir cette certification, les groupes miniers artisanaux doivent respecter différents critères. Pour se mettre au niveau exigé, plusieurs années sont parfois nécessaires aux mineurs. Ils sont accompagnés dans cette démarche par l'ARM. «On fait d'abord une analyse pour voir à quel point ils sont loin du standard demandé. On prévoit ensuite un plan technique qui peut s'étendre d'un à cinq ans. Ce qu'on leur apporte, c'est notre savoir et des investissements financiers», détaille Lina Villa, directrice de l'ARM. Les années de mise à niveau sont difficiles et riches en efforts, mais les retombées sont véritablement positives, notamment sur le marché international. Les petits groupes miniers, souvent dans l'ombre des groupes industriels, gagnent ainsi en visibilité et se font une place dans les bijouteries des pays du Nord. «Ce label, c'est l'assurance d'une qualité pour le client. Il nous permet surtout de montrer à l'État et aux acheteurs que les mines artisanales peuvent être responsables», assure Maria Rose Reyes Pajuelo, gérante de la mine d'Aurelsa. Il ne s'agit pas pour autant de se contenter du label. Une fois celui-ci en poche, d'autres critères doivent être atteints par les groupes miniers. Leur progression ne devrait pas s'arrêter de si tôt. 

 Laura Taioni 

Read more http://news.google.com/news/url?sa=t&fd=R&ct2=fr&usg=AFQjCNH3zGRh_U09kEvIv66NAt2Rg28OjA&clid=c3a7d30bb8a4878e06b80cf16b898331&cid=52778923592205&ei=E8nBU9i-J4q41gazh4HYCQ&url=http://www.lequotidien.lu/le-pays/57913.html

Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Green Aqua Cyan Orange Tomato

Body

Background Color
Text Color
Layout Style
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family